Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus.

Palmer, évolution d'un quartier

Le château Palmer a donné son nom à un quartier qui ne cesse d'évoluer depuis sa création.

Vue aérienne en couleur du quartier Palmer et en arrière plan de Bordeaux

Près de trente ans séparent ces deux photographies du Parc Palmer. L’une a été prise au début des années 1980, l’autre durant l’été 2010. Quelques différences apparaissent entre les deux clichés.

Le fameux pin parasol, emblème du parc a perdu de sa vigueur et est prêt à laisser la place à un autre symbole jailli de terre au cours de ces dernières années, le Rocher de Palmer. Logé au sein du parc, ce gigantesque projet se veut la continuité d’un quartier dynamique, toujours en mouvement. Retour sur l’évolution d’un quartier cenonnais.

Niché au cœur du parc des côteaux, le domaine Palmer surplombe depuis plusieurs siècles la Garonne et l’agglomération bordelaise avec une vue imprenable depuis le balcon de son château.

Vue aérienne du stade et des immeuble à Palmer
Vue aérienne du quartier Palmer
Vue aérienne du stade, du Rocher de Palmer et des immeubles à Palmer
Vue aérienne du quartier Palmer en 2010

Histoire du quartier

A l'origine

Appartenant au major anglais Charles Palmer puis à la famille Delbos (riches négociants) avant de tomber entre les mains des Secondat de Montesquieu, le parc Palmer est devenu propriété de la commune dans les années 1960. Mais Palmer, ce n’est pas qu’un domaine, c’est avant tout un quartier.

Création de la ZUP

Au cours des années 1960, une grande politique est lancée pour freiner la crise du logement sur le secteur appelé zone à urbaniser en priorité (ZUP) dont le quartier fait partie. L’idée est d’arriver à une création harmonieuse où la lumière, l’air pur et les espaces libres seront mis à disposition de tous. Les moyens de transport y seront plus nombreux et plus pratiques. L’objectif est de favoriser le logement locatif en optant pour un urbanisme de barres et de tours. Ainsi, les premières pierres de la ZUP sont posées dès 1963, précédant de quelques années l’édification des 4 tours de Palmer construites entre 1966 et 1970 abritant près de 300 logements dédiés aux familles nombreuses. Mais très rapidement, les tours vont se dégrader présentant de nombreux défauts de construction.

La réhabilitation du quartier

La municipalité lance alors dès 1983 un programme de réhabilitation du quartier qui passera par la destruction des tours le 15 décembre 1988 au moyen de la technique du foudroyage. Cette démolition marque un tournant dans la dynamique du quartier et laisse de nouveau un espace ouvert sur le parc permettant l’amélioration du complexe sportif ainsi que la mise en valeur des espaces verts. Quelques années plus tard, le 21 décembre 2003, le tramway est mis en circulation traversant de ce fait le quartier et desservant la station Palmer, désormais lieu de convergence des spectateurs se dirigeant vers le Rocher.

Quatrième de couverture de Tempo, automne 2010

En savoir plus

Une fiche descriptive sur le parc Palmer et son histoire à découvrir dans les pages Nature.