Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus.

Eglise Saint-Romain, un patrimoine retrouvé

Restaurée durant quatre années, à la demande du maire Alain David, très attaché au patrimoine de la ville, l’église Saint Romain a aujourd’hui retrouvé son éclat d’origine.

Vue en couleur et aérienne du quartier de l'église Saint Romain

Un patrimoine retrouvé

Vue photographique de la façade de l'église Saint-Romain
Eglise Saint-Romain

En journée, la blancheur de la pierre extérieure contraste avec les couleurs chatoyantes des sols, murs et plafonds intérieurs. A la nuit tombée, Saint Romain brille tel un phare veillant sur Cenon et Bordeaux-Bastide.

«L’ association des amis de Saint Romain et du patrimoine cenonnais» s’est donné pour but de participer à la sauvegarde du patrimoine local.
Si, avec l’inauguration de l’église, dont la Mairie de Cenon a financé seule le coût de la restauration (850 000€), leur première mission touche à sa fin, l’association ne compte pas en rester là. «Nous souhaitons être associés aux projets de travaux liés au cimetière et au parc du Cypressat. Toujours sur Saint Romain, nous essayons de voir ce qu’il est possible de faire concernant l’orgue fabriqué tout spécialement par Wenner. Comme l’acoustique du lieu est extraordinaire, ce serait magnifique d’y ajouter un jeu supplémentaire pour le transformer en orgue de concert», confie François Joinville, président de l’association.

Lumineuse rénovation extérieure

La rénovation de l’église aura duré 4 ans. Après brunissage, vieillissement et nettoyage de la pierre, les travaux extérieurs ont fait apparaître la finesse et les détails du porche, la beauté des pierres utilisées pour le côté sud du bâtiment, alors que différentes pierres de taille et de qualité ont servi à édifier son côté nord. Ce côté n’en a pas été négligé pour autant : la démolition d’une extension incongrue bâtie en son temps pour abriter une chaufferie, a révélé un vitrail oublié. Tout en respectant l’ensemble architectural, une issue de secours et une rampe d’accès ont été créées afin de répondre aux normes de sécurité actuelles. Dernière touche de cette restauration quasi à l’identique, cloche et horloge ont retrouvé leur emplacement d’origine ; une opération financée par l’association.

Des décors peints du 19ème siècle.

La rénovation intérieure impressionne davantage encore. Saint Romain est une des rares églises de France à montrer des décors d’origine peints au 19ème. «On a remis à nu les peintures d’origine», témoigne François Joinville. «Nous avons ainsi découvert un chemin de croix, un ex-voto autour de l’autel dédié à Marie et les noms de l’architecte Alaux, du maire Cumin, du curé Latour, de l’évêque Donnet sur les clés de voûte» Des peintures décoratives remises à neuf par les peintres des ateliers Dufont. «Et pour remplir ses fonctions cultuelles et culturelles, la municipalité a meublé l’édifice de 191 chaises en bois, carrées, confortables, aux couleurs assorties, qui vont bien avec le caractère du lieu.».

Vue plongeante de l'intérieur de l'église
Intérieur de l'église

Historique du site

Telle qu'elle nous apparaît, l'église Saint-Romain de Cenon, située sur le coteau ne constitue pas l'édifice originel puisqu'elle a fait l'objet d'une reconstruction notamment au cours du XIXe siècle. Par contre, le document le plus ancien qui fait mention de l'église de Cenon date de 1304.
Les études qui ont porté sur le monument retiennent son hétérogénéité architecturale qui découle du fait que l'église de Cenon a été érigée lors de plusieurs phases s'échelonnant entre le XIIe et le XVIIe siècles. Les travaux effectués au XIXe siècle, avec l'agrégation de nouveaux éléments ne font qu'ajouter une certaine confusion à l'ensemble.
Il reste que l'église Saint-Romain nous apparaît comme un édifice roman à nef unique, flanquée de deux bas côtés, prolongée par un chœur. Un portail marque une des extrémités de l'église, tandis qu'un clocher la surmonte.

Portail et clocher sont datés du XIIIe siècle, succédant de peu aux murs et contreforts du chœur qui remontent quant à eux à la fin du XIIe siècle. Les parties datées du XIIe siècle s'inscrivent dans le cadre d'un édifice probablement composé d'une nef simple, sans bas-côtés, que le XIIIe siècle remplacera par un nouvel édifice dont on observe encore le portail et le clocher : le bénitier porte une décoration qui date du XIe siècle. C'est un témoignage de l'édifice d'origine sans doute exigu et sommaire. Cette précision est fondamentale dans la mesure où elle place l'église Saint-Romain parmi les réalisations les plus anciennes de l'art roman.

Continuité

Si les informations relatives à l'église Saint-Romain remontent jusqu'au XIe siècle, il reste possible que cet édifice soit installé sur l'emplacement d'un édifice religieux antérieur, lequel serait successeur lui-même d'un autre édifice. On peut ainsi remonter très loin dans le temps et, par l'entremise d'éléments cultuels proprement mérovingiens (nécropole), retrouver les traces d'une villa gallo-romaine.
L'intérêt de cette démarche rétrospective est de souligner la continuité multi-séculaire de l'occupation du sol : en un même endroit se succèdent villa gallo-romaine, nécropole mérovingienne et église romane.

Hagiographie

Chaque paroisse se trouve placée sous la tutelle d'un saint dont elle adopte le vocable : Saint-Romain dans le cas de Cenon.
Le "panthéon" chrétien compte nombre de "Romain" canonisés entre les IIIe et XVIIe siècles, mais un seul parmi eux semble avoir une influence directe en Aquitaine : il s'agit de Saint-Romain-de-Blaye. Ce dernier était un prêtre vivant au IVe siècle. Quittant son Afrique natale, il décida de se rendre en Europe. Par Narbonne et Toulouse, il gagna Blaye.
Rapidement, son pouvoir présumé d'accomplir des miracles lui vaut un grand prestige qui le fit connaître bien au delà de Blaye. Celle-ci lui doit l'érection d'une basilique qui deviendra l'abbaye Saint-Romain.

Texte rédigé à partir d'un travail d'études et de recherches réalisé par M. GRECIANO : "Cenon : l'occupation du sol et le peuplement d'une paroisse du bordelais entre la préhistoire et la fin du Moyen Age".

Crédits Photos : J. et R. Bié

Pour aller plus loin :

plaquette sur l'église Saint-Romain