Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus.

Centre de loisirs Triboulet

Situé dans le quartier Plaisance, au bout de l’avenue Pierre Loti, le centre d’accueil et de loisirs sans hébergement Triboulet est niché au sein du parc du Loret. En 2010, il fait l’objet d’une réhabilitation déjà pensée depuis une dizaine d’années et plusieurs fois repoussée. Mais son origine est bien antérieure.

Vue en couleur du bâtiment du centre de loisir Triboulet
Vue en couleur du bâtiment du centre de loisir Triboulet

Aux origines du centre

Au mois de septembre 1949, René Cassagne, maire de Cenon, est informé de la possible vente du domaine du Loret. La commune a alors entrepris de gros travaux d’assainissement et de distribution d’eau et, il lui est impossible d’acheter ce domaine évalué à 60 hectares pour une somme de 15 millions de francs. Le domaine du Loret appartient alors à Monsieur Ferdinand Eugène Jaffrineau, industriel et à Madame Clotilde Marie Augustine Fonteneau, sans profession, son épouse.

Un intérêt pour les enfants

Le maire pense que le Loret présente une situation idéale pour l’établissement de garderies et de jardins d’enfants et pour la réalisation d’une école de plein air destinée aux enfants « retardés » de la rive droite. Nait alors l’idée d’acheter le domaine sous forme de syndicat de communes (Bordeaux, Cenon, Lormont, Floirac et Bassens). Mais, étant donné les difficultés et les retards qu’apporterait une telle constitution, Monsieur Chaban-Delmas, maire de Bordeaux, propose de laisser sa commune traiter seule l’affaire puisqu’elle possède immédiatement les capitaux nécessaires pour effectuer un tel achat.

René Cassagne accepte la proposition et en accord avec la ville de Bordeaux, décide que les enfants de Cenon auront accès au site. Le 17 juillet 1950, 500 enfants dont 287 cenonnais inauguraient les lieux et prenaient possession du terrain.

De Bordeaux à Cenon : le centre s'ouvre aux enfants

Le bâtiment du centre Triboulet est construit en 1954 par la ville de Bordeaux. Son implantation se trouve sur le prolongement de l’avenue principale du quartier Plaisance reliant la route nationale 89 du domaine du Loret.

En juin 1975, à la suite de pourparlers avec la ville de Bordeaux, celle-ci consent à céder à la ville de Cenon, une parcelle de terrain de 20 000 m² du domaine du Loret pour qu’elle y assure sa propre gestion d’un centre aéré. Cette parcelle cadastrée AL sans numéros est destinée à l’aménagement et à la gestion des installations existantes sous condition d’exécuter les travaux nécessaires à l’amélioration du centre aéré. C’est la naissance du centre Triboulet. Il porte alors le nom de centre aéré du Loret.

Le conseil municipal accepte la cession sous forme de bail emphytéotique et passe une convention de partenariat avec le comité de coordination des patronages laïques de la ville de Cenon et met le centre aéré du Loret à disposition de ce comité pendant une période de 65 ans commençant à courrier à compter de l’année 1975.

Les premières réhabilitations du bâtiment

En 1978, le comité de coordination des patronages laïques de Cenon obtient la garantie de la ville pour un emprunt de 900 000 francs destinés à financer les travaux d’aménagement du centre aéré. Ce programme prévoit l’aménagement de locaux existants et leur extension par la création d’un préau accolé au bâtiment actuel de 300 m².

En 1997, au vu de la vétusté des locaux et des défectuosités extérieures pouvant mettre eu cause la sécurité des enfants, il est nécessaire d’entreprendre des travaux de ravalement et de peinture des façades ainsi que la rénovation des menuiseries extérieures.

Les envies de réhabilitation de Triboulet naissent dès 1998, suite à une réflexion sur la politique en direction de la jeunesse. La municipalité souhaiterait que Triboulet tienne une place privilégiée et soit ouvert à son environnement naturel, sportif et social. Sa restructuration concernerait tant la distribution des locaux, l’utilisation de l’espace extérieur que le projet de vie du centre. La réalisation de ce projet doterait la municipalité d’un outil attractif adapté à la demande des administrés. La création d’un arboretum serait mise en chantier. C’est un projet ambitieux, tourné vers l’ouverture du centre vers les écoles primaires en partenariat avec les représentants locaux et l’éducation nationale, et qui pourrait être inscrit dans le cadre du contrat CAF pour les jeunes de 6 à 14 ans.

Vue en couleur du bâtiment du centre de loisir Triboulet en 2010
Vue en couleur du bâtiment du centre de loisir Triboulet en 2010

Triboulet devient la propriété de Cenon

En 1999, la ville souhaite engager des démarches pour acquérir la propriété du Loret auprès de la ville de Bordeaux.

Le 06 mars 2000, après résiliation du bail emphytéotique, la ville de Bordeaux vend à la commune de Cenon, une propriété bâtie sur le domaine du Loret comprenant le centre aéré de loisirs Triboulet, constitué d’un bâtiment élevé d’un niveau comprenant 4 salles d’activités, cuisines, vestiaires et sanitaires pour la somme de 1 727 025 francs.

En mai 2004, la municipalité met en place une délégation de service public et confie la gestion des centres de loisirs à la Fédération Léo Lagrange. Début 2010, la commune opte pour une autre gestion et choisit le service social d’intérêt général (SSIG) dont l’association Les Francas est titulaire du lot « Accueil et Loisirs sans hébergement ».

Les récents travaux de rénovation

Juillet 2007, la municipalité vote une enveloppe de 650 000 euros pour la réhabilitation de Triboulet comprenant la rénovation complète du bâtiment existant ainsi que la mise aux normes de la restauration et la mise aux normes thermiques. Le permis de construire 09 Z 1042 est déposé le 03 août 2009. Le chantier débute le 27 avril 2010 et durera 1 an. Il est inauguré en mai 2011.

Aujourd'hui, le centre est ouvert sous la forme instituée en 2004 et peut accueillir les enfants de Cenon. Ils peuvent notamment se familiariser avec la nature grâce à l'implantation d'un arboretum.

En savoir plus

Coordonnées du centre

Consultez la page consacrée aux centres de loisirs cenonnais.