Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus.

Le Pavillon Bleu

Le Pavillon Bleu était un garage et une station service présent sur l'avenue Jean Jaurès au début des années 1920.

Vue sur la rue et sur les trottoirs de droite avec des pompes à essence
Au Pavillon Bleu

Le Pavillon bleu, grand garage automobile doté d’une station-essence s’installa au début des années 1920 au numéro 10 de l’avenue Georges Clémenceau, actuelle avenue Jean Jaurès. Son propriétaire, Monsieur Dupuy, profite alors du développement des voitures à essence pour lancer son activité.

Dans les premiers temps, l’essence se vend par bidons de cinq litres qui sont stockés dans des caisses en bois contenant chacune dix bidons. Ces caisses trônaient devant les magasins et égayaient ainsi leur devanture. Pour l’éclairage, on utilisait de la Radioleine, un pétrole lampant alors qu’on achetait de la Motricine pour les moteurs à explosion. Ces deux marques étaient issues de la Compagnie Industrielle des Pétroles fondée en 1904.

Les premières bornes distributrices d’essence apparaissent après la première guerre mondiale et sont construites avec un grand cylindre de verre permettant aux automobilistes de vérifier la quantité de litres d’essence pompés. Au Pavillon bleu, pas moins de vingt pompes sont alignées le long du trottoir et offrent ainsi un large choix de liquides, Motrix, Stelline, Kervoline, Toneline…

Pour un litre d’essence, il fallait compter environ 1,50 franc. Pour ce prix-là, vous repartiez avec le plein, le pare-brise lavé et le sourire du pompiste.

Dernière de couverture du Tempo n°15

Au Pavillon Bleu - Huiles, essences
Carte offerte par le garage Le Pavillon Bleu