Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus.

Les hommages

Cette page est dédiée à la mémoire d'élus de Cenon décédés au cours de leur mandat municipal.

Hommage à Jacques Charlot

 30 août 1935-14 novembre 2012
Conseiller municipal à Cenon de 1971 à 2012

Le 27 septembre 2014, à l'occasion du Forum de la vie associative, la ville a rendu hommage à l'ancien élu et bénévole investi. La famille, le conseil municipal, la députée de la 4ème circonscription et les agents du service vie associative étaient réunis pour la cérémonie officielle de baptême de la Maison des associations, désormais nommée Maison des associations Jacques Charlot.

Qui n’a jamais croisé cet homme qui avec enthousiasme et bonne humeur parcourait Cenon du matin au soir ? Celui qui était toujours empreint de générosité et d’amour pour les siens mais pour tant d’autres aussi : les associations, la vie politique…
Jacques Charlot aux multiples facettes aurait voulu avoir plusieurs vies pour pouvoir offrir davantage de son temps et de son énergie.
Une personnalité cenonnaise, un homme qui méritait d’être connu.

Un homme engagé

Jacques Charlot c’était ce gars du Nord, né à Beauvais un 30 août 1935. Féru de cyclisme, il le pratiqua à un haut niveau lui permettant de côtoyer ainsi les meilleurs spécialistes.
De la classe 1955, Jacques a effectué son service militaire en Algérie jusqu’en 1958 où il avait été nommé caporal. Une nouvelle vie commença après les aléas de ces 28 mois passés dans l’armée.

Arrivé en 1967 en terre cenonnaise, à Palmer, à proximité du parc,  il exerça les fonctions de technicien de laboratoire au sein du lycée Montaigne puis terminera sa carrière professionnelle - décoré des palmes académiques - au sein de l’éducation nationale au lycée Montesquieu.
Il menait de front une deuxième vie pour le monde associatif et politique et demeure aujourd’hui une figure incontournable de la ville de Cenon.

Sa participation à la vie associative fut déterminante
: Le Téléthon, le Parcours du cœur, le Forum de la vie associative, la Protection Civile, la Fnaca et Vivre à Palmer c’est lui. Monsieur le Président œuvre et déploie des outils : thés dansants, vide-greniers, sardinades… Il ne faut pas l’oublier, la vie associative, grâce à cet homme de terrain, a pris son essor.

Parallèlement, une longue carrière politique débute pour Jacques Charlot. C’est en 1971 qu’il devient Conseiller Municipal avec une réélection en 1977, en 1983, en 1989 puis en 1995 aux côtés d’Alain David, en 2001 jusqu’en 2008 pour revenir en 2012. A ceci s’ajoute ces 20 années où il fut Adjoint de Cenon, d’abord à l’environnement puis au cadre de vie et enfin à la vie associative. Un vrai militant actif, fidèle et loyal du Parti Socialiste et de l’Union des Elus Socialistes et Républicains.

Au service des autres...

C’était avant tout un grand humaniste, un homme généreux, avisé et pugnace, toujours déterminé à mener des actions de terrain aux bénéfices des autres.  Ses relations avec élus et fonctionnaires étaient empreintes de bonhommie, les filles étaient toutes des « Pauline » ce qui simplifiait grandement les choses. Bon vivant, il était passé maître en convivialité, gourmand il lui fallait s’astreindre à respecter quelques consignes médicales qui souvent volaient en éclat.

Jacques Charlot aimait la vie
, il aimait les gens, et toutes celles et ceux qui l’ont côtoyé se sont enrichis à ses côtés. Il laissera sur notre territoire le souvenir d’un grand homme qui aura consacré sa vie aux autres.

Hommage à Malick Sene

Portrait de Malick Sene, conseiller municipal

 

11 décembre 1944 - 22 janvier 2012
Conseiller municipal à Cenon de 2001 à 2012
Conseiller communautaire de 2008 à 2012

Le 22 janvier dernier, Malick Sene, conseiller municipal de Cenon et conseiller communautaire (CUB) est décédé. D’origine sénégalaise, ses obsèques ont eu lieu dans son pays natal. Le conseil municipal de Cenon a pris l’initiative d’organiser une veillée d’hommage à cet élu qui fut aussi un militant associatif et politique très actif.

Mardi 24 janvier 2012 : veillée d’hommage

300 personnes se sont réunies dans la salle de la MAC Georges Brassens, pour évoquer le souvenir de l’élu et de l’homme. Autour de son portrait photographique, de nombreux hommages et éloges ont été exprimés. 
En présence de Conchita Lacuey, députée, Alain David, Maire, a lu des témoignages signés du Président de la CUB Vincent Feltesse, de Michel Sainte-Marie, Maire de  Mérignac et d’Alain Anziani, Sénateur, avant de lire le sien d’une voix étreinte par l’émotion : « Alors, aujourd’hui, souvenons-nous, ensemble, de Malick Sene, l’homme de cœur et de classe ; pour qui, l’écoute de l’autre, le respect et la volonté auront toujours primés.  Je perds un fidèle compagnon de combat, un homme d’honneur et de devoir. Il aimait les autres, il aimait Cenon, il aimait la France qui l’avait accueilli, il aimait le Sénégal où il avait ses racines, il aimait les siens par-dessus tout !»

M. le président de l’Union des Travailleurs Sénégalais en France et plusieurs membres de l’UTSF rappelèrent l’action de Malick Sene. Des parents, des amis, des partenaires associatifs évoquèrent ses qualités et sa personnalité. Mame Ndene Ndongo, second Consul du Sénégal à Bordeaux, remercia Cenon d’avoir réuni toutes celles et tous ceux qui garderont en estime Malick Sene.


Un homme de coeur et de classe

Malick Sene, né à Dakar, au Sénégal, rotinier de formation, a exercé son métier en France en Corrèze puis à Bordeaux, à «L’art du rotin». Il aimait les belles choses, façonnées à la main et réalisées avec le cœur.
En 1982, il s’installa à Cenon avec son épouse et leurs quatre enfants. Dans les années 90,  guidé par les valeurs de respect et de partage, il s’investit dans la vie de sa commune, pour écouter et venir en aide. Sa haute silhouette, sa belle allure, son sourire, sa voix rassurante deviennent des repères dans le quartier de la Marègue.

Convaincu des bienfaits de la mixité sociale, il  s’engage en politique au côté d’Alain David. Il est élu conseiller municipal en 2001.
Vice-Président de l’Union des travailleurs sénégalais, section de Cenon, il œuvre à l’organisation du festival Sénéfesti.
Réélu en 2008 au poste de conseiller municipal délégué aux actions associatives et culturelles, il devient conseiller à la Communauté Urbaine de Bordeaux. Il s’emploie aussi à construire une passerelle entre les villes de Cenon et de Ouakam, dans la banlieue de Dakar.
En 2010, il engage un combat contre la maladie.

Malick Sene, à droite, avec Aly M'Boup et le cinéaste sénégalais Ousmane Sembene
Malick Sene, à droite, avec Aly M'Boup et le cinéaste sénégalais Ousmane Sembene
Malick Sene en habit traditionnel
Malick Sene

En août 2009, Malick Sene était interviewé dans le cadre de la première édition des Escales Citoyennes qui célébrait l'engagement citoyen et associatif de toute une ville.

Hommage à Philippe Rode

 

Ancien élu de Cenon, Philippe Rode est décédé prématurément le 27 octobre 2016.

Alain David, Maire, retrace les grandes étapes de l'engagement de celui qui fut Conseiller Municipal délégué à la prévention  puis Maire Adjoint chargé de la prévention de la délinquance, de l’animation et de la jeunesse entre 1995 et 2008.

Philippe Rode est né le 18 décembre 1936 à Saint Sever
dans les landes.

Son métier d’enseignant
En 1956, il devient instituteur, nommé d’abord à l’école des Cavailles à Cenon puis à l’école Camille Maumey sous la direction de René Martrenchar, il dirige une classe de certificat d’études. Il passe des examens pour devenir professeur d’arts plastiques et de français. Il est alors nommé au collège Camille Maumey, puis dès son ouverture au collège Jean Zay et terminera sa carrière professionnelle au collège Montaigne à Lormont.

Guerre d’Algérie:

Appelé en 1958 pour 24 mois à Marnia à la frontière marocaine. Le 11 mars 1960, le général de brigade Lhermite, commandant la région et le corps d’armée d’Oran, cite à l’ordre de la division le caporal chef Philippe Rode pour le motif suivant « jeune chef d’équipe du contingent, particulièrement dynamique, qui participe depuis 19 mois à toutes les opérations de son unité, le 22ème Régiment d’Infanterie de marine.
Le 6 février 1960 à Marnia s’est brillamment distingué dans la réduction d’une résistance rebelle. Alors que son chef de groupe était grièvement blessé, a assuré l’encerclement d’une mechta où s’étaient retranchés des adversaires particulièrement dangereux, leur interdisant toute possibilité de fuite. A permis, par son courage et son esprit d’initiative, la mise hors de combat de 2 chefs importants de l’organisation rebelle ». Cette citation comporte l’attribution de la Croix de la Valeur Militaire avec étoile d’argent.*

Philippe était syndicaliste. Dès qu’il fut à la retraite, au titre de la MAIF, il effectua des interventions de prévention auprès des enfants dans les écoles élémentaires.

En janvier 1975, il adhère au Parti Socialiste, il est un militant dévoué, engagé. En 1981, à l’arrivée de François Mitterrand au pouvoir, il encourage Josiane à militer au PS. Il l’a encouragée à participer aux mouvements féministes, notamment dans les associations militant contre les violences faites aux femmes, ainsi naîtra l’APAFED.

Son engagement municipal fut important. Conseiller Municipal délégué à la prévention de 1995 à 2001 puis Maire Adjoint de Cenon chargé de la prévention de la délinquance, de l’animation et de la jeunesse de 2001 à 2008. Membre de l’association Régie de Quartier, de l’Ocac, du comité consultatif des quartiers, de l’Ajhag, du foyer des jeunes travailleurs Génilor, de la commission d’aide aux projets jeunes, de la prévention routière.

Il fut un grand amateur et supporter de l’équipe de rugby de notre commune jusqu’à ces derniers jours, il était un membre très actif des Restos du Cœur de Cenon.

Une vie bien remplie, une vie de courage, de solidarité, d’engagement citoyen, de partage, de tolérance.

Philippe aimait la vie, comme il aimait les autres. Il laisse un grand vide, bien sûr pour Josiane, pour ses enfants, petits enfants, mais aussi pour tous ses amis. Nous garderons tous le souvenir d’un grand monsieur.

* Dès son retour de la guerre d'Algérie, Philippe Rode s'est engagé dans "Le Mouvement de la Paix"