Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus.

A voix retrouvées

Au plus profond de l’humanité

Ils sont quatre habitants de Cenon, originaires de quatre continents. Ils se sont rencontrés sur les bancs des ateliers sociolinguistiques du Centre social et culturel "La Colline". Ils viennent d’enregistrer des chansons de leur pays au studio du Rocher de Palmer. Ils participent au projet « A voix retrouvées » mis sur pied par Musiques de Nuit.

Christian dans le studio d'enregistrement du Rocher de Palmer
Thilay
Christian
Fanta
Farid

A l'écoute des "voix retrouvées"

Se faire entendre

Atelier sociolinguistique du Centre social et culturel "La Colline"

« Les langues sont situées au plus profond de l’humanité. Une langue est une certaine façon de ressentir, d’imaginer et de penser », nous dit le linguiste Claude Hagège. Fanta, Thilay, Farid et Christian, sont d’âges, de langues et d’origines diverses. Ils sont « en alpha » à "La Colline". Certains parlent bien le français mais ne savent ni lire ni écrire, d’autres débutent notre langue mais sont instruits dans la leur, etc. Une belle occasion leur a été offerte de « se faire entendre » en enregistrant des airs de leur pays natal ou leurs propres chansons. Cela se passe à la régie numérique du Rocher de Palmer. Le projet « A voix retrouvées » a démarré en septembre 2012.

L’alpha et l’oméga du projet

G.Martial, A.Pascaud musiciens de Rock et Chanson

L’association La Colline, Musiques de Nuit, Rock et Chansons en sont les principaux artisans. « A voix retrouvées » entre dans la saison vocale 2012 - 2013 du Rocher, soutenue par la fondation Orange, et s’achèvera par une exposition multimédia (début 2013).
Sylvie Karbia et Soussan Barets encadrent le secteur alphabétisation à La Colline. Elles n’ignorent rien des vertus des échanges culturels et de la transmission intergénérationnelle par la poésie, la musique, l’écriture. Depuis 2000, grâce à ALIFS notamment, leurs élèves participent, lors du « Printemps des poètes », à des ateliers d’écriture avec des écrivains qui ont été parfois des migrants eux-mêmes. Dans ce cadre, ils récitent leurs poèmes, chantent en français ou dans leur langue, confrontent leurs histoires avec celles des auteurs. Hervé Castelli (directeur adjoint de Musiques de Nuit) les a écoutés puis a convié des musiciens de Rock et Chanson à faire de même. Ils « sont sortis bouleversés par les voix entendues ».

Ce que je chante, je vis cela!

«Il y a ceux qui n’entendent que le son de la voix de la personne et ceux, dont je suis, qui n’écoutent pas avec leurs oreilles mais avec leur âme. Moi, ce que je chante, je vis cela !» Bouillonnant d’idées, le jeune Christian (Congo RDC) veut tracer vite son sillon avec un projet musical personnel. Sa chanson s’appelle Sikumodja en swahili qui veut dire : un jour. Elle est mélancolique : «Un jour, je me suis regardé dans le miroir et j’ai vu que je n’étais pas beau du tout. Quelqu’un à côté m’a dit : Cesse de pleurer, enfant du Congo !».

Fanta, originaire de Guinée Conakry, en France depuis 1973, est une grand-mère épanouie. Elle parle très bien le français et a eu ce cran d’apprendre à lire et à écrire sur le tard. Il lui est revenu, du fond de sa mémoire, une chanson malinké d’amour tendre entre deux êtres «entendue en 1962 !». Aux dires de ses proches, qui sont très fiers d’elle, personne ne l’avait entendue fredonner cet air. Elle rayonne Fanta, n’en revient pas d’avoir osé enregistrer en studio avec balafon et tambour !

Fanta

Boîtes électriques pour voix qui électrisent

Dispositif multimédia "A voix retrouvées" installé au Rocher de Palmer

Guillaume Martial et Alexandre Pascaud, musiciens de Rock et Chanson, ont choisi d’enregistrer ces voix pour «l’émotion qu’elles suscitent, leur authenticité». Alexandre définit les rythmes et la tonalité des chansons, réalise les arrangements musicaux sur son ordinateur. Guillaume installera, pour la future exposition multimédia, son dispositif de «boîtes électriques» reliées à un ordinateur via un logiciel multipistes. Chacun pourra, en les frappant, déclencher en temps réel un ou plusieurs échantillons musicaux (les 6 voix du monde et un panel d’instruments, de mélodies). La scénographie de l’exposition sera réalisée par La Ressourcerie - Régie de Quartier. Aux habitants de Cenon, donc, de s’en emparer et de faire vivre, à leur manière, une fascinante polyphonie de voix pour convoquer l’ailleurs en nous !

Publications

Cenon au naturel : Tout le monde y gagne !
Disponible sur App Store (lien externe - nouvelle fenêtre)
Disponible sur Google Play (lien externe - nouvelle fenêtre)
Cenon au naturel : Tout le monde y gagne !
Avril - Mai - Juin 2017
Ville fleurie - Ville internet